Rechercher

Digestion, allergies et appétit

Mis à jour : 3 août 2019

Les études récentes ne cessent de montrer que tel aliment a tel effet, et pourquoi nous devrions arrêter de manger du gluten, du lait, des fruits, des pommes de terre, certaines noix, certaines graines, certains légumes,... Alors on peut décider de se nourrir de pilules et autres compléments alimentaires ; ou alors on peut écouter la sagesse ayurvédique qui dit qu'un système digestif équilibré a la capacité de digérer même des cailloux.

Il y a dans la cuisine traditionnelle portugaise une soupe appelée "soupe de pierre" (sopa de pedra) dont l'origine est l'histoire d'un moine qui commença une soupe avec de l'eau et un caillou, puis chaque convive apporta sa modeste contribution, un peu de sel, quelques haricots, une pomme de terre, un morceau de viande, deux carottes, etc... La communauté, depuis la pauvreté de chacun s'est rassemblée autour de la richesse de tous. Une analogie en 2019 est difficile ! Parce que Paul est allergique au lactose, que Jacques a le syndrome du colon irritable, et que Pierre est intolérant au gluten. Alors à chacun son petit bol individuel de soupe toute triste.


Mais, comme toujours, la sagesse de l'Ayurvéda nous encourage a explorer une autre voie : plutôt que d'éliminer toujours plus d'aliments auxquels nous sommes sensibles, renforçons notre capacité à les digérer ! Oui, en Ayurvéda on considère que les allergies et sensibilités alimentaires résultent d'une capacité digestive faible et qu'il est possible de la réguler. Nous pensons aussi que la plupart des maladies sont causées par un déséquilibre entre l'approvisionnement et la capacité de notre feu digestif. Par chance, les rishis nous ont donné les outils pour équilibrer tout ça !!


Imaginez que le système digestif est un feu et la nourriture le bois. Si la quantité de bois dépasse la capacité du feu, elle l'étouffe et nous nous retrouvons avec du bois non brûlé à stocker là où il n'y a normalement de la place que pour l'énergie et les cendres. Ou si le bois est trop vert ou trop humide, le feu doit lutter pour en venir à bout. Alors au lieu d'être le combustible qui entretient le feu, une nourriture inadaptée l'affaiblit. Et un système digestif affaibli n'a plus la capacité de transformer des aliments même simples; comme une petite bougie n'a pas la capacité de cuire une soupe de pierre.


Il faut noter aussi que la valeur du feu digestif, agni, ne réside pas seulement dans la transformation des aliments. Il est aussi ce qui nous donne de l'énergie, de la puissance, de la chaleur, de la clarté. Avec un agni faible, nous sommes hypersensibles aux aliments mais aussi aux émotions, aux autres, aux maladies, au quotidien. A l'inverse, un agni fort nous donne du courage, de la volonté et de l'intuition. Alors je n'ai plus besoin de vous expliquer pourquoi il est important d'en prendre soin, mais je peux vous expliquer comment le préserver.


Le feu et l'air :

Une des clés de la santé optimale est le pranayama, les exercices de respiration du yoga. Et parce qu'ils stimulent la production, la circulation et le renouvellement de l'air dans toutes nos cellules, ils sont les meilleurs alliés du feu. La pratique de bhastrika et kapalbhati agit littéralement comme un soufflet : elle attise agni, stimule notre pouvoir digestif, régule la production d'hormones et, entre autres, le niveau de sucre dans le sang.


Le feu et l'eau :

L'ayurvéda recommande de soutenir le feu en buvant de l'eau toujours chaude, en le nourrissant d'aliments cuits et d'épices. Ce qui représente le bois vert et humide, ce sont les aliments crus et froids qui demandent beaucoup d'énergie à transformer. La crème glacée est donc de l'anti-nourriture, et les glaçons dans le jus d'orange une hérésie !!


Le feu et la terre :

Evidemment, lorsqu'on mange trop lourd, c'est comme étouffer le feu avec du sable. On le sent immédiatement, quand on mange trop et trop sec (du pain, des pâtes, une pizza, un gâteau etc..), notre ventre s'immobilise et on a besoin de s'allonger... Ceci est le signe incontestable que nous sommes en train d'accumuler des toxines, ama. Si on mixait notre repas, sa taille devrait être équivalente à ce que peuvent contenir nos deux mains jointes et sa texture celle d'une purée légère.


Le feu et le vide :

Le feu a besoin d'oxygène, de combustible et d'espace. Parce que nous avons appris à manger trois repas, prendre des collations, boire des cafés ou encore prendre l'apéro, nous avons surchargé notre système digestif. Souvent, nous ne connaissons même plus la sensation de faim et nous la confondons avec l'habitude et l'envie. Pourtant c'est la faim réelle qui est le signe que nous sommes prêts à digérer, elle nous signale que le feu est prêt et c'est à ce moment-là seulement que nous devrions manger. Ce n'est pas aussi simple que ça en à l'air mais avec un peu de pratique, on y arrive et on observe les bienfaits très rapidement.


Notre système digestif est le point stratégique de notre niveau d'énergie et de la prévention des maladies. Nous devons veillez sur lui avec la plus grande attention et la plus douce bienveillance.


Treat you body like it belongs to someone you love.

Namastê



1,195 vues

Ayurvéda & Acupression

Soins et Bilans ayurvédiques

LUCIE JOÃO 

0695454730 - lucie.joao.relaxation@gmail.com

Espace Lantegia 

5 chemin de Lantegia - 64122 Urrugne

A 20min de Biarritz et 25min de Bayonne.

  • Places Google Icône Noir
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Places Google Icône Noir
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Noir LinkedIn Icône